Bienvenue sur le journal des expositions en ligne de la Galerie de la Marraine. Les expositions présentent des objets et oeuvres d'art, uniques ou en petites séries, inspirés par les collections et expositions temporaires de musées choisis.

mercredi 15 février 2017

Les fleurs roses de Fantin-Latour

Les fleurs roses de Fantin-Latour, détails de ses tableaux

On continue dans les couleurs, après les cols blancs, les fleurs roses.
Pourtant, en cette deuxième moitié du 19e siècle, le peintre Henri Fantin-Latour ne semblait pas préférer cette tonalité plus qu’une autre, ses roses sont blanches, rouges, orangées, roses aussi, tout comme ses pâquerettes, ses lys, ses pivoines et toutes les fleurs dont son jardin de Buré regorgeait. Et pour passer de l’autre côté du cercle chromatique, on trouve également dans ses tableaux des bleus, des mauves, des violacés pour figurer les iris, les pensées, les jacinthes…

Il était connu pour être le peintre des fleurs, et pas seulement des roses qui ravirent l’Angleterre victorienne.
Le peintre Jacques Emile Blanche écrit qu’il "étudiait [le] caractère [des fleurs] comme celui d’un visage humain"*. En effet, Henri Fantin-Latour en maitrise à la perfection le dessin et le chromatisme. Ses bouquets sont presque hyperréalistes, la richesse de sa palette impressionne ses contemporains comme Emile Zola qui loue "la grande science de la couleur"** de l’artiste, ou Huysmans qui reconnaît en lui "un des plus fins coloristes que nous possédons à l’heure actuelle"***.

Les fleurs roses d' Henri Fantin-Latour : Pivoines Les fleurs roses d' Henri Fantin-Latour : Roses trémières (1889) Les fleurs roses d' Henri Fantin-Latour : Bouquet avec trois pivoines
De gauche à droite : les fleurs roses de Henri Fantin-Latour : Pivoines, Roses trémières et Bouquet.

Les fleurs, entre autres les fleurs roses, seront jusqu’à la fin l’un des sujets de prédilection du peintre. Installé tous les étés dans sa maison de Buré en Normandie, Fantin-Latour cueille les fleurs de son jardin et compose ses bouquets avant de les peindre dans son atelier, le plus souvent pour le marché anglais, qui apprécie particulièrement ses compositions. Activité rémunératrice, elle n’est pas pour autant source d’ennui pour Henri Fantin-Latour qui en fait presque des portraits, étudiant chaque fleur avec attention.

"Moi je fais des fleurs. Il faut profiter du moment et cette année je les trouve encore plus belles que jamais."

***********

Inspirés par les différentes tonalités de roses des fleurs du peintre, les participants à l’exposition "Après Fantin-Latour" ont déployé des trésors de créativité et de savoir-faire en travaillant sur le sujet. La Galerie de la Marraine présente leurs délicates fleurs roses dans cette exposition-vente en ligne qui se prolonge jusqu’en juin.

 Les fleurs roses Après Fantin-Latour


Retrouvez les fleurs entières en cliquant sur les liens ci dessous :
De gauche à droite :
Nature morte dite de fiançailles (Claudine Lecoustre)
Broche fleur rose (la Barbe bleue)
Col de fleurs (My Dear Claude)
Panneau de papier peint (Sandrine Chambéry)
Pavot (Oh My Garden)
Fleur de cuir (Un rire sous la tonnelle)


Et pour finir, une couleur parmi les autres avait-elle vraiment la préférence du peintre Henri Fantin-Latour?

Non pas une couleur, mais une fleur.
La rose

**************

Vous pouvez bien sûr retrouver ces pièces et bien d'autres encore, dans l’exposition-vente en ligne "Après Fantin-Latour", qui présente des œuvres d'art, des pièces d'artisans-créateurs et de petites entreprises inspirés par l'univers du peintre.


Sources : 
* Jacques-Émile Blanche, « Fantin-Latour », dans Propos de peintres : première série, de David à Degas, Paris, 1919
** Dans sa critique du Salon de 1875. Voir Émile Zola, Écrits sur l’art
*** Dans sa critique du Salon de 1884. Voir Joris-Karl Huysmans, Écrits sur l’art, 1867-1905

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire